La plaine à Oyonnax : vers Les jardins habités

Dans le quartier de la Plaine, un secteur NPNRU d’Oyonnax, Passagers des Villes conduit un projet de hiérarchisation et de lisibilité des espaces publics suite à un concours remporté récemment. Structuré par un mail piétoninvitant à la déambulation, le nouveau dessin urbain prend la forme d’un chapelet de jardins habités. Nous allons également redonner sa juste place à la voiture, sans brusquer les habitants, en l’inscrivant dans une logique de cohabitation des usages.

Caractérisé par de grands ensembles résidentiels, le quartier de la Plaine se compose de différents secteurs qui sont peu reliés entre eux. De plus, les vastes espaces publics portent peu d’usages en dehors des fonctionnalités de déplacement ou de stationnement routiers. De fait, ils ne sont pas favorables à une appropriation par les habitants. 

Cependant, le quartier bénéficie d’un atout, qui est l’élément fondateur de notre projet : directement connecté au parc de la Plaine, il est doté d’une forte présence végétale.

Créer des lieux de sociabilité et de vie collective

Classé Quartier Prioritaire de la Ville, le quartier de la Plaine fait l’objet d’un projet urbain conventionné par l’ANRU. Celui-ci prévoit notamment de transformer les espaces publics en réponse à trois enjeux clés. 

Primo : le renouvellement de l’image du quartier dans la ville. Ainsi, un des objectifs qui nous ont été assignés consiste à décliner la haute qualité urbaine portée par le projet NPNRU jusqu’au dessin des espaces publics, autant pour en faire une vitrine du quartier que pour retrouver un confort et une joie d’habiter au quotidien.

Deuxio : le désenclavement des secteurs du quartier. La solution attendue par le projet ANRU mise sur le développement des cheminements doux.

Tertio : la requalification et la restructuration des espaces publics, en respectant les composantes paysagères et les usages existants sur le site. Ce troisième enjeu implique d’abord de créer des lieux adaptés à la sociabilité et la vie collective, ainsi qu’à la quiétude en dehors du tumulte de la ville. Il s’agit aussi de réorganiser la place de la voitureafin qu’elle cohabite avec les piétons et les cyclistes.

Le jardin habité, un lieu de proximité

Notre offre s’articule autour de deux pivots : 

  • la création de divers espaces végétalisés, attractifs en termes d’usages, qui redonneront de la beauté et de l’agrément au quotidien. Implantés dans tous les secteurs, ils feront pénétrer le parc de la Plaine jusqu’au pied des immeubles résidentiels ;
  • l’aménagement d’un mail piétonqui fera le lien entre ces nouvelles centralités, traversant tout le quartier.

La conception de ces nouveaux espaces végétalisés applique un unique concept paysager : le jardin habité. Il ne s’agit pas de proposer de simples écrins paysagers, mais de véritables espaces à usages publics, des lieux de proximité et de quotidienneté.

Le concept du jardin habité se décline en 7 versions, qui seront autant d’occasions de sociabilité et d’expérience urbaine : jardin scénique avec gradins végétalisés, jardin sportif pour tous (pétanque, ping pong…), jardin détente propice aux pique-niques et aux jeux, jardin déambulatoire contemplatif à la forme labyrinthique… Ces variations sur le même thème vont diffuser le paysage végétal dans l’ensemble du quartier, tout en structurant une diversité d’espaces vécus en bas de chez soi.

Ces jardins thématiques intègrent également le projet de résidentialisation des logements, sous trois formats : des jardins privatifs en pied d’immeuble, des espaces verts communs avec différents usages, et enfin des alcôves ombragées, sur les rues longeant le parc, dont le mobilier d’assise invitera à la rencontre entre voisins.

La réussite de ce projet de végétalisation et de pacification des espaces publics est conditionnée par un retrait des fonctions liées au déplacement et au stationnement routiers. Avec nos partenaires Citec (mobilité) et Sareco (stationnement), nous avons repensé les flux et la place de la voiture pour la rendre plus discrète et moins dangereuse, tout en respectant les besoins importants de motorisation des habitants. Pour une plus grand justesse de nos propositions, des ateliers de concertation avec les habitants et habitantes seront organisés au démarrage des EP et nous veillerons évidemment à associer les services de la collectivité, afin d’anticiper les enjeux de gestion ultérieure. 

Le jardin de l’Eglise (c) Bénédicte Papilloud pour Passagers des Villes

Renforcer le confort bioclimatique 

Notre stratégie pour requalifier les espaces publics du quartier respecte autant que possible le capital végétal actuel et les aménagements existants. Pour autant, elle va améliorer le potentiel de diversité, grâce à un enrichissement de la strate végétale, ainsi que la perméabilité du sol aux endroits où cela sera possible. 

La qualité d’usage fait également partie de l’équation : nous avons choisi des revêtements qui seront confortables, y compris lors de fortes chaleurs, comme du sable stabilisé ou de la prairie.

À noter que Passagers des Villes s’est associé à un partenaire régulier — le bureau d’études techniques Présents — pour l’assister dans la conception générale et technique du projet, puis dans le suivi des travaux. C’est ce même partenaire qui collabore actuellement avec les Passagers dans le cadre des Voies Lyonnaises, le réseaux expresse Vélo de la Métropole.