La metropole ferroviaire, pivot de la neutralité carbone pour le grand genève

Le Grand Genève, territoire transfrontalier ultra-attractif, s’est engagé dans la voie de la décarbonation pour viser la neutralité en 2050. L’ambition est forte, la réflexion sur les moyens à mettre en oeuvre intense, le besoin de partage des objectifs essentiel. Au coeur de cet engagement, la Métropole ferroviaire constitue la ligne conductrice de développement urbain du territoire. L’agence – fine connaisseuse du territoire pour y avoir mené de nombreuses études – accompagne le déploiement stratégique et l’atterrissage spatial de la métropole ferroviaire depuis 2019. L’étude a trouvé son aboutissement, en attendant les suites, lors d’un important séminaire de partage des conditions de possibilités et co-création des pistes d’actions avec les élus du territoire, le 6 septembre dernier.

300 000 habitants nouveaux attendus sur le territoire de Grand Genève d’ici 2040. Comment concilier cette attractivité avec l’objectif de réduction drastique des émissions carbone qui fait désormais office de ligne conductrice de la vision politique transfrontalière ?

Quand la mobilité représente 12% des émissions et quand seulement 30% des Grands Genevois habitent et habiteront à moins d’un kilomètre d’une gare selon les modèles de développement territorial actuels, la Métropole ferroviaire vise à changer de paradigme en accueillant 50% de la croissance urbaine autour des gares et dans les territoires bénéficiant de modes de rabattement – 25 % dans les territoires desservis par d’autres transports en communs structurants. Et ce :

  • Afin de favoriser le report modal des transports individuels motorisés vers les transports publics et construire la ville des courtes distances
  • Afin de d’orienter le développement urbain vers plus de sobriété dans la consommation des ressources
  • Afin de garantir la qualité de vie des habitants et favoriser le vivre ensemble

Introduit et conclu par le regard éclairé et militant de Sylvain Grisot – fervent défenseur de l’urbanisme circulaire, le séminaire du 6 septembre a permis à Passagers des Villes et CITEC de présenter l’étude menée sur l’urbanisation différenciée autour des gares du Grand Genève, fait d’un principe commun d’intensification mais appliquée différemment en fonction des typologies de territoires.

A l’échelle locale, penser la mobilité comme l’une des composantes d’une densification soutenable et agréable

Mais il a surtout permis de répondre aux idées reçues sur la Métropole ferroviaire ( Vectrice d’inéquité territoriale ? Dépassée à l’heure du télétravail ? Trop coûteuse ? … ) et de partager trois questions essentielles avec les acteurs et élus du territoire :

  • Quel est le niveau d’ambition politique pour porter ce modèle de développement ?
  • Quelles sont les modalités de mise en œuvre du modèle à l’échelle de votre territoire ?
  • Dans les prochaines années et en lien avec le modèle présenté (et les éventuels compléments que vous y auriez apporté), quelles sont pour vous les 3 priorités de travail en matière d’aménagement du territoire dans un contexte de transition écologique ?