Les Villeneuves en mouvement

Le premier écoquartier populaire de la métropole grenobloise, récemment labellisé par l’Etat – les Villeneuves de Grenoble et Echirolles – entre en phase opérationnelle. L’agence Base vient d’être désignée maître d’oeuvre du secteur des Géants, exemple parmi d’autres des nombreux sujets que l’agence accompagne.

Passagers des Villes travaille à la mutation de ces territoires rassemblant 20 000 habitant.e.s, depuis 2016. Le plan guide initial pose les bases d’un projet fondé sur les qualités existantes de ces quartiers issus d’une utopie sociale. Plutôt que de faire entrer la « ville normale », nous proposons d’exporter les qualités des Villeneuves : un grand parc paysager, une qualité de logements que l’on ne retrouve que très peu dans le neuf, une vie sociale riche, une juste place pour la voiture, etc.

Aujourd’hui, l’agence adopte la posture d’architecte en chef pour guider le passage à l’opérationnel et encourager les maîtres d’oeuvre à respecter et faire vivre les grandes ambitions du projet urbain.

Plan guide à l’horizon 2040 (c) Passagers des Villes

Deux projets d’espaces publics structurants entrent ainsi en maîtrise d’oeuvre :

  • La dalle des Géants, sur les Villeneuves de Grenoble, est un espace public surélevé, très imperméable, qui sépare plus qu’elle ne relie, qui est parfois confisqué par des appropriations masculines et qui surplombe une rue en « canyon » propice à de nombreuses incivilités. Avec la Métropole de Grenoble, nous fixons des objectifs à atteindre : retrouver de la porosité vers le parc et vers Eybens, affirmer une polarité de quartier, intégrer les enjeux climatiques pour retrouver du confort urbain, sécuriser, valoriser le patrimoine artisque. Les fameux « géants ». Dans son offre, l’agence Base s’inscrit avec engagement dans l’objectif de végétalisation de la dalle portée par l’équipe de maîtrise d’oeuvre urbaine.
  • L’avenue des Etats-Généraux, colonne vertébrale des Villeneuves d’Echirolles, crée une rupture entre deux secteurs du quartier (Surieux et les Essarts), connaît une circulation automobile dense, qui rend dangereuses les traversées, notamment lors du marché et aux abords de la Butte, équipement socioculturel très apprécié. L’agence milite pour des espaces publics porteurs du renouveau du quartier, pour retrouver un lieu de sociabilité plutôt qu’un lieu fonctionnel, et pour créer des ouvertures, des entrées vers les Essarts et vers Surieux. L’agence BASE propose un projet en phase avec ces attentes fortes, porteur d’une vraie ambition végétale et d’usage, tout en affirmant des intentions alternatives – au service du projet : par exemple, les buttes à l’arrière de la Butte sont finalement conservées, pour offrir des jeux dans la pente, tout en créant des ouvertures visuelles vers l’intérieur du quartier.

  • Concernant le logement, de nombreux programmes de réhabilitation sont en cours : parmi ceux-ci, 547 logements sur les secteurs Gatinais – Saintonge – Limousin – Vivarais à Echirolles pour la SDH, menée par l’Atelier Paris et associés. Pour la SDH toujours, le 30 galerie de l’Arlequin est en cours de réhabilitation par Coda architectes et le 10 entre en faisabilité, par Atelier B. Sur ces projets, l’agence – avec la Métropole – oeuvre à la concordance entre les intentions architecturales et les ambitions urbaines : des rez-de-chaussée en rapport étroit avec leur environnement ( transparence, socles actifs, adressage clair, … ), des traitements différenciés pour retrouver de la diversité et des adresses particulières, une qualité d’habiter indéniable, etc.

Tout l’enjeu de la posture d’architecte en chef réside dans l’établissement d’objectifs forts et ambitieux, qui ne bride pas la créativité des maîtres d’oeuvre et laisse la place à des propositions surprenantes, enrichissantes pour le projet d’ensemble. En parallèle, un travail fin et constant de recollement permet d’analyser l’avancée du projet global et de vérifier les effets de franges entre les différents projets, de tisser le canevas pour que chaque opération contribue à « faire ville » – dans le cadre du projet de territoire Grandalpe.

La négociation, l’ajustement permanent, le sens du détail et l’aller-retour avec une vision dézoomée – notamment pour inscrire les Villeneuves dans le projet stratégique Grandalpe – nous permet ainsi d’accompagner la Métro dans la conduite du projet et la tenue des ambitions avec les maîtres d’oeuvre.