Comment désenclaver un « parc habité » ?

Le secteur des copropriétés Cervelière – Sauveteur à Vaulx-en-Velin est un territoire comme l’on en rencontre parfois dans les projets de renouvellement urbain. Cette petite ville dans la ville (+ de 5000 habitants ) revêt des atouts indéniables : une qualité paysagère réelle, des cheminements doux, des immeubles les pieds dans le parc, un patrimoine arboré très riche, du calme et pour certains : des relations de voisinages de longues dates, du calme. En ces temps confinés, la proximité immédiate avec ce paysage en pleine ville dense, est plus qu’apprécié par ses habitants. Et en ces temps de dérèglement climatique, les sols perméables et la fraîcheur urbaine apportée par la canopée semblent essentiels.

Pourtant, le diagnostic urbain et paysager mené par l’agence et confirmé par nos rencontres avec les habitants et usagers du quartier lors d’ateliers in situ, nous prouve que la qualité urbaine initiale ne suffit plus. Avec le Grand Projet de Ville de Vaulx-en-Velin et les habitants / usagers, nous identifions ainsi plusieurs contraintes et complexités qui pèsent sur l’évolution du secteur :

  • le système urbain se révèle assez dur : le quartier constitue une véritable enclave, séparée de la ville par une couronne de stationnements sur dalle dégradés, des voiries en impasses.
  • Cet ensemble de copropriétés, finalement trop vaste et trop indéfini, se dégrade et fait l’objet d’incivilités.
  • Les propriétés foncières et les charges de gestion des espaces extérieures ne se superposent pas, créant un système complexe et difficilement soutenable.

En élargissant la focale, le quartier s’inscrit dans la dynamique du projet urbain Grande Ile et dans la démarche de renouvellement urbain du Mas du Taureau. Le moment semble le bon pour inclure le quartier Cervelières Sauveteurs dans cette dynamique positive. La mission confiée par la Métropole de Lyon ( via le Grand Projet de Ville de Vaulx-en-Velin) à Artelia – mandataire – et Passagers des Villes vise à accompagner le passage à l’opérationnel : retrouver un fonctionnement apaisé, redonner de la valeur au quartier, tout en respectant les qualités initiales du parc habité, voilà le défi !

Les scénario d’aménagement doivent ainsi répondre à plusieurs problématiques parfois contradictoires :

  • Trouver l’équilibre entre désenclavement par des voiries publiques et préservation du caractère d’allées de parc
  • Travailler avec les copropriétaires, dont l’adhésion au projet est indispensable, tout en proposant une évolution forte, notamment sur le stationnement
  • Redistribuer les cartes en matière de domanialités, de gestion et d’entretien à travers la création d’unité résidentielle, tout en s’adaptant aux capacités de faire des copropriétés.
  • Repenser entièrement l’offre de stationnement en la rendant plus souple et plus variée
  • Compléter les espaces extérieurs de nouveaux usages et les mettre en réseau avec la ville.
  • Travailler un phasage et des modes opératoires qui fassent consensus auprès des différents financeurs.

 De nombreuses études ont déjà posés les bases de la transformation du quartier, charge à nous de dépasser l’idéal pour aller vers le faisable.