Frontignan la Peyrade : projet coeur de ville

Avec ses 23 000 habitants, à proximité de Sète et Montpellier, Frontignan est une commune maritime, portuaire, reconnue pour son activité viticole. Porteuse d’une stratégie basée sur l’économie verte et d’une volonté de maîtrise du développement urbain, notamment sur les friches laissées par l’industrie pétrolière.. Frontignan a « tout pour plaire ».

D’ailleurs le coeur de ville ne manque pas d’atout : une sociologie mixte, un réseau de placettes au fort potentiel, un bâti patrimonial intéressant… Néanmoins, le secteur montre des signes de fragilités économiques et sociales : des espaces publics peu investis, une surreprésentation des ménages à bas revenus, un turn over important dans le parc locatif, qui constitue un parc locatif social de fait ; le marché immobilier dans le centre ancien a ainsi tendance à se déprécier.

Dans ce contexte, la collectivité et la SEM Hérault Aménagement font confiance à l’équipe de Passagers des Villes – avec La Strada, Egis, Caroline Serra et OTCE – pour travailler un plan guide et l’aménagement des espaces publics du Coeur de Ville.

Avec la commune, nous nous appuierons sur les atouts du territoire et l’intervention forte de la collectivité pour nous poser les questions justes, permettant d’agir en finesse : comment rendre service aux habitants, usagers, commerçants d’aujourd’hui et de demain – tout en préfigurant le devenir à long terme du coeur de ville et en préservant tout à la fois la mixité sociale et générationnelle, et l’environnement ? Cela nous demandera une véritable prise de position sur les cibles : qui souhaite-t-on attirer ? Ou conforter ? Dans un centre-ville avec quelle identité ? Avec quelles spécificités en termes d’offres ?

Le fil rouge de cette ambition sera ensuite décliné en plan d’action pour agir sur les parcours, la végétalisation de la ville vers plus de fraîcheur et donc de confort urbain, le partage des usages sur la voirie, … Il s’agira également de proposer des outils volontaristes en termes de logement. Aujourd’hui, ni la composition urbaine, ni la configuration des logements n’offrent un choix d’habiter de qualité ou de variété suffisante pour attirer de nouveaux habitants – à peine répondent-ils aux besoins des habitants actuels.

A nous d’être inventifs, sur le neuf comme sur l’existant, pour lutter contre la dépréciation du centre.