Les mille et un visages d’Alès

Passagers des Villes s’est associé avec Artelia, la Condition urbaine, les Mètres carrés heureux et Soliha pour remporter le marché de stratégie urbaine pour le NPNRU d’Alès. Et il fallait bien une telle équipe, car presque toute la ville est concernée par les enjeux de rénovation urbaine.

Alès est un symbole de l’industrie minière tombée en déshérence, mais qui a fortement marqué la physionomie urbaine, puisque le centre historique a été rasé pour construire de grands ensembles à même de loger les travailleurs. Le  regain d’attractivité s’engage grâce à des politiques volontaristes en matières d’organisation territoriale, d’économie et d’habitat. Reste que, deuxième commune du Gard, elle accueille une part importante de population précarisée et s’interroge donc fortement sur son offre de logements.

L’enjeu de l’étude porte donc sur un aller-retour entre les échelles de conception : une approche globale et transversale des dynamiques d’agglomération – une approche sensible de l’identité et de la particularité de chaque quartier et une vision à hauteur d’homme, pour répondre aux besoins du quotidien.

Pour chaque secteur, une ambition (c) Passagers des Villes

La diversité des paysages urbains alésiens constituera le point fort du projet, notre ligne directrice : l’ensemble des secteurs, et chacun dans sa spécificité, nourrira et enrichira le renouvellement d’Alès.  Notre intuition première nous engage en effet à formuler des vocations, des colorations possibles pour chacun des quartiers.

Le secteur Rénovation – centre historique reconstruit – sera la figure de proue du projet, véritable centre-ville dans toutes ses acceptions. Les secteurs Prés Saint-Jean et place des Martyrs, véritables rotules urbaines et donc, secteurs stratégiques, pourraient redevenir des destinations en jouant toute la carte de la proximité avec le Gardon et ses espaces naturels : quartiers natures ! Rochebelle rive droite pourrait offrir un espace résidentiel attractif, par son offre de logements différenciés, quand Cévennes, Moulinet et Mont Bouquet – enchassés derrière les voies ferrées – proposeront des synergies actives avec les Prés Saint-Jean.

Loin d’un patchwork de bonnes idée et d’une nouvelle spécialisation fonctionnelle, notre ambition est bien de faire vivre la diversité qu’est la ville, qui fait la ville. Révéler les 1001 lieux de cette ville en mouvement, repérer les spécificités, mettre en relation et en dialogue des éléments aujourd’hui disparates, pour créer l’étincelle, donner le point de départ de cette transformation.

Pour répondre à ce défi de taille, nous avons constitué une boîte à outils simple, inspirée du NPNRU d’Avignon – qui porte également sur différents quartier.

  • Une dynamique de projet intense, en considérant la maîtrise d’ouvrage comme partie intégrante de l’équipe projet
  • Une présence terrain importante pour « faire tourner » le projet
  • Un travail d’équipe en mode workshop créatif
  • Un plan-guide évolutif, constitué d’invariants forts sur l’ensemble des secteurs et permettant cohérence et souplesse
  • Des déclinaisons spécifiques par quartiers

 

Cap au sud donc, avec enthousiasme !