Les villages du futur

Châtillon-en-Bazois (58)
Firminy, la Ricamarie, Châtillon-en-Bazois – des milieux et des enjeux différents, mais chacun à leur manière, un questionnement similaire :  hors des métropoles, point de salut ?  
D’un côté, la SPL CapMétropole nous invite à étudier comment les centres-villes respectifs de la Ricamarie et de Firminy (Loire) pourraient être recousus avec les autres secteurs de ces deux communes de l’agglomération stéphanoise. Nos premières intuitions se portent sur l’importance des grands axes, pierres angulaires des déplacements internes qui relient de nombreuses séquences urbaines, là où se déploie la vie locale. De cette pelote nous tirons alors le fil de la place du piéton en ville, de la requalification du bâti et de la différenciation du traitement de ces centres-villes au sein de l’agglomération pour démultiplier les choix et les libertés d’habiter. 
Faire du lien, retrouver une sociabilité liée à la géographie, donner envie de venir vivre ou de venir visiter, se sont également les premières pierres de notre accompagnement de la commune de Châtillon-en-Bazois* (Nièvre). Celle-ci est en quête d’un centre-bourg revitalisé, dans le cadre notamment de la démarche des villages du futur, conçue par les élus du Pays Nivernais Morvan. Un village du futur, qu’est-ce que c’est ? A priori, un village où il fait bon habiter, rencontrer ses voisins tout en pouvant se connecter au reste du monde, se trouver au centre des circuits-courts de l’alimentation, réaliser ses envies de néo-ruralité et avoir accès aux services du quotidien… Dans ce bourg au cadre rural quasi-idyllique, il s’agit de donner à voir et à vivre ces liens.
La Ricamarie (42), partir des atouts du territoire (c)PassagersdesVilles
Alors que la trop fameuse revitalisation des centres-bourgs est au coeur du débat sur le passage de « l’égalité des territoires » à la « différenciation territoriale », nous nous gardons de plonger tête la première dans les solutions clé-en-main contre la déprise. Tiers-lieux, FabLab et autres espaces numériques ne suffiront sans doute à réinsuffler la dynamique que les collectivités cherchent pour attirer les jeunes actifs. Dès lors, nous sommes convaincus que le service rendu à la population présente saura être moteur pour l’attractivité à venir. Nous cherchons donc à nous appuyer sur les qualités propres à chaque commune, sur les capacités de portage, sur les initiatives locales qui font la différence et sont à même de créer des effets d’entraînement, autant que de nourrir un positionnement différenciant. Nous proposons également de nourrir la réflexion collective par une ouverture prospective sur les évolutions à l’oeuvre dans les modes de vie, de travail, de consommation. Ce sont d’ailleurs les pistes que nous avions travaillés lors de l’Atelier des Territoires sur les ressources inexploitées des territoires ruraux, en Auvergne.
Notre mission, au final : formuler le bon point de départ, appropriable à la fois par les élus, les porteurs de projets, les techniciens et les habitants et qui fera  boule de neige, pour que la dimension villageoise redevienne une chance !
* avec les paysagistes de Caudex et les spécialistes du tourisme Connivence Conseil