Après la muraille de Chine…

320 mètres de longueurs, 8 étages et 350 habitants, la « muraille de Chine » clermontoise est un symbole visible et très connu du quartier Saint-Jacques. Elle sera démolie en 2020. Et après ?

L’après, charge à nous de l’imaginer, puisque nous avons été missionnés pour le projet NPNRU sur Saint-Jacques Nord, sur deux volets – étude urbaine et co-construction*, qui n’en forment finalement qu’un seul. La disparition de ce repère urbain, forcément marquante, devra évidemment être accompagnée et offrir de nouvelles vues, pas uniquement spéculative. Quelle nouvelle image ? Quels liens à tisser avec le centre-ville tout proche ? Quoi, à la place du vide ? Et surtout, comment offrir de nouvelles perspectives aux habitants restants et à venir ?

Nous proposons de fonder le projet sur l’énergie des lieux. Puisque l’opportunité nous est offerte, puisque la ville devient un terrain d’imagination, puisque la politique culturelle de Clermont a besoin d’espace pour s’exprimer, et puisque le quartier dispose déjà d’atouts forts, la nouvelle vocation de Saint-Jacques Nord dans l’imaginaire et dans la ville sera résolument positive : un lieu d’invention collective de la ville de demain.

Pour ce faire, 1e etape : mettre notre ambition à l’épreuve d’un contexte forcément tendu par la démolition à venir.

* Passagers des Villes : urbanisme – paysage – concertation // SCET : montage opérationnel et programmation // VIZEA : développement durable // Sur&tis : Sécurité Sûreté Publique // Berim : VRD