On y danse et on y pense

Sur le pont d’Avignon, ou plutôt dans les trois quartiers concernés par la mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour le NPNRU que l’agence vient de remporter. Dès cette fin décembre, les Passagers et leurs partenaires* vont se plonger dans la réalité du territoire et les attentes des élus et habitants. Le souhait d’un conventionnent très rapide avec l’ANRU demande en effet une contraction du temps d’études tout à fait inhabituelle. Nous avons donc proposé une organisation très offensive, tout en étant partagée et coordonnée, pour répondre aux enjeux de ces trois secteurs.

Schéma pré-diagnostic
Schéma pré-diagnostic

Aux portes de la vieille ville, les quartiers sud (Monclar – Champfleury – Rocade – Croix des Oiseaux – Grand Cyprès Barbière), les quartiers nord est et le quartier Saint Ramand logent près d’un quart de la population municipale. Si les dysfonctionnements semblent partagés : enclavement malgré la proximité du centre-ville, conflits d’usages et d’appropriation, logements plus en phase avec la qualité et les envies d’habiter d’aujourd’hui…. des atouts pourront également nous servir de points d’appui : un potentiel foncier à révéler, des équipements à qualifier, des connexions possibles avec la ville et une belle dynamique à l’oeuvre sur la commune avec des projets de ZAC et la ligne de tramway qui borde la plupart des secteurs.

Il nous faudra donc à la fois positiver les atouts de chacun des quartiers pour affirmer une vocation propre à chacun, tout en nous inscrivant dans une intervention cohérente à l’échelle de la ville. Il nous faudra également créer des synergies entre le renouvellement urbain et la dynamique urbaine globale : la réussite de chacun des projets sera une condition de la réussite de l’autre et les enjeux de phasage voire de programmation devront être réfléchis en interaction étroite. Nous chercherons à saisir l’opportunité de la proximité plutôt que subir des effets de déqualification renforcés par des logements neufs.

Dans notre première approche, nous proposons de travailler dans quatre directions : recomposer et clarifier le tissu urbain – l’intensité comme facteur d’apaisement – la diversification des logements pour ouvrir le choix – l’amélioration du quotidien comme objectif. Ces premières pistes seront évidemment débattues puis précisées avec la maîtrise d’ouvrage et avec les habitants.

Début de l’immersion début décembre donc.

 

 

* SCET – Inddigo – Urbanisme et Logement – Sur&tis – Sennse

16938037468_883805b503_o