Lancement de l’atelier des territoires en présence de Madame la Ministre Sylvia Pinel

Les Passagers, Bruno Marzloff de Chronos et leurs partenaires (CITEC, Katalyse) ont lancé l’atelier des territoires de la DREAL Midi Pyrénées ce vendredi 6 février. Et ce à Dieupentale, commune représentative de cet entre-deux territorial, objet de l’étude, entre Montauban et Toulouse. Bourg historiquement rural, Dieupental connait aujourd’hui les avantages et les inconvénients d’une attractivité renouvelée par sa proximité avec les deux pôles urbains : étalement urbain, pression foncière, dépendance à la voiture, …

Devant Sylvia Pinel, ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité, qui a introduit et conclu les débats, et en présence de nombreux élus du territoire, dont le Président du Conseil Général Jean-Michel Baylet, Passagers des Villes engage la démarche de réflexion constructive que constitue l’atelier des territoires. Conçus comme de « précieux laboratoires » par Madame la Ministre sur le site Internet du Ministère, les ateliers visent à partir du territoire et de l’intuition de leur développement pour tester des solutions locales et faire émerger les « bonnes pratiques » duplicables. Les ateliers réunissent élus, techniciens locaux et experts, tous au même niveau, chacun étant considéré comme acteur de ce développement; que ce soit ici en Midi-Pyrénées ou en Auvergne, où Passagers des Villes conduit la même démarche avec la DREAL.

En présence de (gauche à droite) Dominque Salomon, vice-président du CG Tarn et Garonne - Jean-Michel Baylet, Président du CG Tarn et Garonne - Sylvia Pinel, ministre du logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité
En présence notamment de Jean-Michel Baylet, Président du CG Tarn et Garonne – Sylvia Pinel, Ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité – Michel Devay, Maire de Dieupentale – Jean-Louis Géraud, Préfet du Tarn et Garonne

L’agence invite les participants à changer de modèle, à « penser l’impensable » et à porter des convictions plus que des certitudes :

– Etre mobile, ça veut dire quoi? Seulement posséder une voiture ou une connexion haut débit?

– L’attractivité des territoires, notamment ruraux, réside t-elle dans leur seule accessibilité depuis et vers les centres urbains?

– Quelles sont les formes de la solidarité dans les villages? Se résument-elles au tissu associatif? Sont-elles vivaces?

Trois pistes de réflexion sont évoquées, pour penser un développement urbain durable : optimiser les transports, étaler les flux, éviter les déplacements subis.

De quoi alimenter le premier atelier, prévu  les 19 et 20 février prochains.

424-séminaire_de_lancementV7-150206